Communiqué de presse du Clong-Volontariat

Communique de presse long-volontariat

Être volontaires pour changer le monde, c’est primordial ! 
Le 5 décembre, c’est la journée internationale des volontaires. À cette occasion le CLONG-Volontariat salue le courage de tous les volontaires engagés dans le monde, auprès de leurs partenaires, pour un monde plus juste et solidaire. Malgré la période d’incertitude et d’inquiétude que nous vivons, ils et elles poursuivent autant que possible leur engagement plus que jamais nécessaire. 
Téléchargez le communiqué de presse ici : https://bit.ly/36F3QIk

Le volontariat à l’international, accélérateur de l’insertion des jeunes ?

A l'occasion de la Journée du Volontariat Français", France Volontaires et l'Union Nationale des Missions Locales, vous invitent à son événement de restitution du projet "Les Ambassadeurs de l'engagement citoyen à l'international", lundi 1er octobre 2018. Cette rencontre abordera le volontariat comme outil d'insertion de la jeunesse et mettra en perspectives les apprentissages de ce projet de service civique à l'international.

« Les Ambassadeurs de l’engagement citoyen à l’international » est un projet de service civique à l’international pour tous, co-piloté par France Volontaires et l’Union Nationale des Missions Locales.

Dans une perspective d’insertion socio-professionnelle et citoyenne sur les territoires, ici et là-bas, le projet "Les Ambassadeurs" a permis, depuis 2016, à une centaine de jeunes de moins de 26 ans, de réaliser un engagement de service civique en Afrique, Asie et Amérique Latine, et à des jeunes des pays partenaires d’effectuer également leur mission de service civique en France, contribuant ainsi à plus de réciprocité dans le volontariat.

Vous souhaitez vous aussi investir ou monter un projet et contribuer à l’insertion de la jeunesse ? Valoriser la jeunesse de votre territoire ? Trouver de nouveaux partenaires ? Venez découvrir les acteurs du projet, vous inspirer, et créer de nouveaux partenariats.

Cette rencontre se déroule dans le cadre de la Journée du Volontariat Français (JVF). 
Fêtés aux quatre coins du monde, les volontaires français sont mis à l’honneur chaque 1er octobre ! Ils y présentent leurs actions, les structures avec qui ils sont en mission et les projets dans lesquels ils sont investis. En 2018, le thème "S’ouvrir au monde" mettra en valeur les notions de tolérance, de respect, d’interculturalité et du vivre-ensemble.

Pré-réservation

Pour plus de renseignements, contactez Marie-Albane ULLY par mail marie-albane.ully@france-volontaires.org

« Vers plus de réciprocité dans le volontariat »

 

France Volontaires vous invite à télécharger le guide :

 « Vers plus de réciprocité dans le volontariat »

 

 

 

"La réciprocité dans le volontariat international, c’est la réponse aujourd’hui à la question de ce que l’on appelle la mondialisation. On peut fabriquer des avions toujours plus gros, tant mieux. On peut créer des lignes de chemin de fer, des autoroutes, des routes. On peut fabriquer des navires énormes. Si c’est pour transporter des biens et des objets, cela n’a pas de sens. Mais dès que l’on fait se croiser, du nord vers le sud, du sud vers le nord, des hommes et des femmes, alors là, on retrouve un sens." Jacques Godfrain, ancien ministre, président de France Volontaires.

 

Pourquoi ce guide ?

Pour encourager les associations à développer des missions de volontariat mobilisant des volontaires internationaux sur le territoire français et faciliter leur montage, afin de contribuer à la mise en œuvre du principe de réciprocité dans le volontariat.

 

Nous emploierons différentes expressions :

  • mso-fareast-font-family:"Times New Roman"”> La réciprocité dans le volontariat est un principe d’action. Il signifie plus de réciprocité dans les échanges, dans les partenariats, dans les projets, pour un rééquilibrage des rapports dans la mobilité ;
  • mso-fareast-font-family:"Times New Roman"”> Pour mettre en œuvre ce principe de réciprocité dans le volontariat, l’un des moyens est de mobiliser des volontaires de pays partenaires dans des missions d’engagés du Service civique sur le territoire français.

 

La base principale de ce guide est la matière récoltée par un processus de capitalisation du projet Weccee, porté par l’association Cool’eurs du Monde, à Bordeaux, en partenariat avec l’Espace Volontariats du Sénégal. La particularité de ce projet, qui en fait sa richesse, est qu’il est purement réciproque, avec autant de volontaires français qui sont partis au Sénégal que de volontaires sénégalais venus en France. Répartis en binômes franco-sénégalais, avec des missions aux thématiques analogues, ils avaient également un projet collectif.

 

Des ateliers de capitalisation ont été organisés avec l’équipe de Cool’eurs du Monde, avec celle de l’Espace Volontariats du Sénégal. Ont également été rencontrés, en focus groupe ou lors d’entretiens, les volontaires sénégalais et français, les structures partenaires en France et au Sénégal, l’ambassade de France au Sénégal… afin d’avoir connaissance des expériences de toutes les parties prenantes et d’en tirer des enseignements partageables et utiles à d’autres acteurs.

 

 

Plus d’informations : François Grolier francois.grolier@france-volontaires.org

Télécharger le guide :  « Vers plus de réciprocité dans le volontariat »

www.france-volontaires.org

Publication des chiffres sur le volontariat international de 2016

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères publie les statistiques relatives aux différentes formes de volontariats pour l’année 2016.

 

Introduction issue du rapport :

 

"Chaque année, de très nombreux Français s’engagent dans des actions de développement et de solidarité partout dans le monde, sur des périodes variant de quelques semaines à plusieurs années. La France encourage l’engagement citoyen et solidaire, valeur forte de la République qui favorise la mobilité internationale des jeunes et contribue à l’éducation au développement.

 

Le volontariat international d’échange et de solidarité recouvre une grande diversité de réalités qui permet à chacun d’être volontaire selon son profil, son âge, son expérience et la durée de l’engagement.

 

La montée en puissance du service civique permet également à des jeunes de s’engager à l’international, quand les conditions sont réunies, en faveur de missions d’intérêt général, afin de renforcer la cohésion nationale et le partage des valeurs républicaines. En s’engageant à l’étranger, les jeunes contribuent, eux aussi, à la diffusion des valeurs humanistes, au développement du dialogue et des échanges interculturels, et à une meilleure compréhension entre les peuples, qui sont les conditions d’une paix durable.

 

A côté des formes de volontariat associatif et du service civique, la France facilite la mobilité internationale des jeunes auprès de l’administration française (notamment ambassades, instituts français) et des entreprises.

 

Et dans cet esprit d’ouverture, il est essentiel d’offrir aux volontaires des pays du Sud une forme de réciprocité qui contribue à renforcer les liens entre acteurs associatifs français et leurs partenaires des pays en développement, qui sont par ailleurs toujours plus nombreux à vouloir développer des programmes de volontariat international. La France doit relever ce défi et accueillir ces jeunes citoyens engagés, afin de contribuer à une mondialisation plus humaine et plus solidaire.

 

Le MEAE présente chaque année les données relatives aux volontaires internationaux, informations qui se veulent aussi exhaustives que possible et qui sont régulièrement enrichies."

 

 

Focus : le Volontariat de Solidarité Internationale (VSI) en 2016

 

  • - Au 31 décembre 2016, ont été comptabilisés 1 908 volontaires, dont 270 pour France Volontaires. Cela représente 14 591 mois-volontaires dont 1 893 pour France Volontaires.
  • - La répartition entre hommes et femmes est de 40/60 %.
    Si 39 % des volontaires ont plus de 30 ans, la majorité est donc constituée de jeunes, en particulier de jeunes femmes. Cette répartition ne connait pas d’évolution significative par rapport aux années précédentes. 90 % des volontaires sont de nationalité française, les autres provenant d’une cinquantaine de pays.
  • - Les pays d’accueil de volontaires se situent principalement en Afrique subsaharienne, avec 45 % des volontaires, l’Asie en accueillant 30 % et le reste partant sur le continent américain et en Afrique du nord. 34% de l’effectif est en poste dans les pays pauvres prioritaires. Trois pays dans le monde accueillent chacun plus de 100 VSI.
  • - Le profil des volontaires de solidarité internationale est à 66 % de niveau supérieur à BAC+5 et plus, soit un niveau de qualification élevé. Lors de leur mission, ils occupent pour 51 % des fonctions administratives et de gestion, 12 % d’enseignement et 11 % d’éducation.

 

Pour plus de chiffres, téléchargez le rapport sur les statistiques du volontariat, pour 2016

En quoi le volontariat contribue-t-il à l’atteinte de l’ODD n°4, dédié à l’éducation ?

Communiqué de presse, le 29/01/2018

Conférence de financement du Partenariat Mondial pour l’Education
L’engagement citoyen, indispensable pour relever le défi d’une éducation inclusive, équitable et de qualité

 

A l’occasion de la Conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, co-présidée par le Président de la République Française, Emmanuel Macron, et le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, France Volontaires rappelle l’importance du volontariat pour relever le défi de l’accès de tous à une éducation inclusive, équitable et de qualité à l’horizon 2030.

 

Les participants et notamment les dirigeants du monde entier qui se retrouveront à Dakar au Sénégal, les 1er et 2 février 2018 afin de dynamiser le financement de l’éducation de millions d’enfants, se doivent de reconnaître à l’engagement citoyen sa juste place pour que soient pris et tenus des engagements à la hauteur de l’enjeu. Le volontariat, c’est avant tout un état d’esprit qui s’incarne dans un engagement utile et responsable, au service de l’intérêt général et d’objectifs de développement durable devenus universels. Lors du Sommet mondial sur l’éducation, intitulé « Un investissement pour l’avenir », la société civile fera entendre la voix d’une vaste mobilisation citoyenne qui, au local comme à l’international, permet de maintenir l’investissement dans l’éducation au rang de priorité absolue. Par ailleurs en marge du sommet, la représentation de France Volontaires au Sénégal participera au forum E Education organisé par l’ambassade de France à l’Institut Français de Dakar, le 3 février 2018.

 

Le volontariat, c’est surtout un puissant levier pour atteindre l’ensemble des progrès à opérer en matière d’éducation. Complémentaires des politiques publiques et des indispensables investissements financiers attendus de la Conférence de Dakar, toutes les formes d’engagements volontaires et solidaires en faveur de l’éducation sont à encourager.

 

L’éducation est plus que jamais l’affaire de tous. En témoigne la récente étude Opinionway réalisée en décembre 2017 pour France Volontaires et Courrier International, qui révèle que « les aspirants à un engagement solidaire à l’international seraient prêts à s’engager avant tout dans des missions concernant l’accès à l’éducation (91%) »[3]. En 2015, 35 % des volontaires internationaux[1] se sont engagés dans des missions d’éducation, d’animation, et de formation[2].

 

Des milliers de volontaires œuvrent partout dans le monde. « L’éducation, c’est préparer le pays de demain » analyse Aymeric, Volontaire de Solidarité Internationale, en République du Congo. Envoyé par la Délégation catholique pour la Coopération (DCC), Aymeric effectue sa mission au sein de l’Ecole Spéciale de Brazzaville : « Je suis volontaire pour que cette Ecole puisse continuer à exister en donnant une chance à chacun de ses enfants pour qu’il puisse au mieux s’insérer dans la société. L’Ecole Spéciale éduque et forme gratuitement tous les enfants et les jeunes exclus du système classique, quel que soit leur passif, leur retard ou leur handicap. Elle s’adresse aux plus démunis de la société congolaise, il n’existe aucune autre structure de ce type pour accueillir ces enfants à Brazzaville. »

 

A la croisée de la solidarité, du développement et de la citoyenneté, le volontariat a été reconnu par les Nations unies dans le cadre de l’Agenda 2030 comme « un moyen puissant et transversal de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable ». Pour preuve, du 29 janvier au 2 février, en amont de la Conférence, France Volontaires valorisera les actions d’autres acteurs du volontariats, qui œuvrent tous les jours pour atteindre l’Objectif de développement durable (ODD) n°4, dédié à l’éducation. 

 

L’objectif de la rencontre : augmenter de façon conséquente le financement mondial de l’éducation afin d’atteindre l’ODD 4. Un accroissement de 2 milliards de dollars par an d’ici à 2020, conformément à la recommandation de la Commission internationale sur le financement des opportunités éducatives, est donc nécessaire ; soit 3,1 milliards de dollars pour les pays donateurs. La Coalition Education a lancé un appel à une contribution française de 300 millions de dollars sur la période 2018-2020. Asmae, les Céméa, le Gref, Handicap International, La Ligue de l’Enseignement, Solidarité Laïque, autant de membres de France Volontaires que de la Coalition Education attendent des engagements forts de ce sommet afin d’être à la hauteur des enjeux.

 

Qu’est-ce qu’un engagement volontaire et solidaire à l’international ?

Être volontaire, c’est donner son temps, son énergie et ses compétences au service des autres, tout en se réalisant et en donnant un sens à ses engagements. Et ce, quels que soient l’âge, la fonction, le parcours personnel de chacun. Il existe de nombreux statuts, de nombreuses organisations qui envoient des volontaires à l’international. Mais chacune possède sa spécificité : une durée de quelques semaines ou de plusieurs mois ou années, dans un esprit de découverte interculturelle ou pour une mission d’expertise.

 

Les engagements volontaires et solidaires à l’international offrent une rare opportunité d’un exercice de citoyenneté et de responsabilité. En un temps marqué par le repli sur soi, le volontariat soutient le projet de rester ouvert sur le monde, de favoriser les relations de sociétés à sociétés et d’exprimer une solidarité active. Si les valeurs attachées au volontariat restent similaires, les pratiques des acteurs sont constamment en mutation pour s’adapter aux nouveaux défis auxquels sont confrontées sociétés d’accueil et sociétés d’envoi des volontaires.

 

France Volontaires est la plateforme française des Volontariats Internationaux d’Echange et de Solidarité. Association qui agit dans le champ de la solidarité internationale et Opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, elle réunit l’Etat, des collectivités territoriales et des associations autour d’une mission d’intérêt général : le développement et la promotion des engagements volontaires et solidaires à l’international. Elle s’appuie sur une présence en France et sur un réseau d’Espaces Volontariats en Afrique, Asie et Amérique latine. Centres de ressources, ils informent, orientent et accompagnent les acteurs du volontariat international (candidats, volontaires et bénévoles, structures d’accueil, structures d’envoi, pouvoirs publics, etc.).

 

Remarques :

​​

Voir les informations relatives au "Volontariat et aux ODD" dans la rubrique dédiée

 

Téléchargez le livret "Volontariat et Education"

 

 

France Volontaires

Publication du sondage : « Les Français et les engagements volontaires et solidaires à l’international »

A l’occasion de la Journée Internationale des Volontaires, le 5 décembre, France Volontaires dévoile les résultats de l’enquête d’opinion réalisée par l’institut OpinionWay, en partenariat avec Courrier International, sur le thème : « Les Français et les engagements volontaires et solidaires à l’international ».

Ce sondage révèle les désirs d’engagements des Français, les motivations et les freins, ainsi que la manière dont ils répondent aux enjeux sociétaux ici et là-bas. Parmi les principaux enseignements de cette étude :

  • Les Français perçoivent les bénéfices de l’engagement volontaire à l’international, qui permet de créer une société plus solidaire et plus ouverte à autrui. Près d’une personne sur trois s’est d’ailleurs déj̀ engagée personnellement dans une mission de solidaríté, en France ou à l’international.

 

  • S’ils en avaient l’opportunité, un tiers des Français seraient prêts à s’engager volontairement pour effectuer des missions à l’international, et en particulier les jeunes. Si tous ne sont pas prêts à partir, la majorité des personnes interrogées voient les bénéfices d’accueillir également en France des volontaires d’autres pays et considèrent ce principe de réciprocité dans le volontariat international comme un bon moyen de favoriser la cohésion sociale et l’ouverture de la société.

 

  • Les personnes prêtes à partir en mission aspirent avant tout à se rendre utiles, et perçoivent les bénéfices sur le plan personnel que ces missions peuvent apporter : une ouverture sur le monde, des compétences professionnelles, un projet de vie… Les individus prêts à s’engager aimeraient avant tout participer à des missions concernant l’accès à l’éducation, les droits de l’homme ou la lutte contre la pauvreté et les inégalités.

 

  • Le suivi des parcours d’engagement des individus est un élément important : les personnes qui se sont déjà engagées sont davantage susceptibles de renouveler leur engagement pour une autre mission, elles ont également une vision plus complète des bénéfices réels des missions et du rôle d’une association comme France Volontaires.

 

  • Réaliser des missions de solidarité pour venir en aide à des populations défavorisées séduit de nombreuses personnes, mais des organismes malhonnêtes n’hésitent pas à profiter de ces bonnes volontés en proposant des missions inadaptées voire dangereuses. Dans ce cadre, une association reconnue comme France Volontaires a un rôle crucial à jouer po ur promo uvoir des engagements volontaires et solidaires de qualité, sécurisés et responsables pour 70 % des personnes interrogées.

 

 

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1072 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont été́ réalisées du 15 au 17 novembre 2017. Pour un échantillon de 1000 personnes, la marge d’incertitude est de 1,5 à 3 points au plus.

Qu’est-ce qu’un engagement volontaire et solidaire à l’international ?

Être volontaire, c’est donner son temps, son énergie et ses compétences au service des autres, tout en se réalisant et en donnant un sens à ses engagements. Et ce, quels que soient l’âge, la fonction, le parcours personnel de chacun. Il existe de nombreux statuts, de nombreuses organisations qui envoient des volontaires à l’international. Mais chacune possède sa spécificité : une durée de quelques semaines ou de plusieurs mois ou années, dans un esprit de découverte interculturelle ou pour une mission d’expertise.

Les engagements volontaires et solidaires à l’international offrent une rare opportunité d’un exercice de citoyenneté et de responsabilité. En un temps marqué par le repli sur soi, le volontariat soutient le projet de rester ouvert sur le monde, de favoriser les relations de sociétés à sociétés et d’exprimer une solidarité active. Si les valeurs attachées au volontariat restent similaires, les pratiques des acteurs sont constamment en mutation pour s’adapter aux nouveaux défis auxquels sont confrontées sociétés d’accueil et sociétés d’envoi des volontaires.

France Volontaires est la plateforme française des Volontariats Internationaux d’Echange et de Solidarité. C’est une association qui agit dans le champ de la solidarité internationale. Opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, elle réunit l’Etat, des collectivités territoriales et des associations autour d’une mission d’intérêt général : le développement et la promotion des engagements volontaires et solidaires à l’international. Elle s’appuie sur une présence en France et sur un réseau d’Espaces Volontariats en Afrique, Asie et Amérique latine. Centres de ressources, ils informent, orientent et accompagnent les acteurs du volontariat international (candidats, volontaires et bénévoles, structures d’accueil, structures d’envoi, pouvoirs publics, etc.). 

#JIV2017 #IVD2017 #VolunteersActFirst 
@FVolontaires @opinionway @courrierinter

Contact presse
Marie-Albane Ully : marie-albane.ully@france-volontaires.org – 06 63 80 92 92
@FVolontaires - Tél : 01 53 14 20 72 - www.france-volontaires.org

Téléchargez la présentation résumée du sondage "Les Français et les engagements volontaires et solidaires à l’international"

Téléchargez la présentation complète du sondage

Téléchargez la note de synthèse du sondage

Téléchargez l’infographie du sondage

Publication du guide « Collaboration interculturelle dans le volontariat international »

A l’occasion de la Journée Internationale des Volontaires, les acteurs du projet VOLINHA-HO annonce la publication du guide "Collaboration interculturelle dans le volontariat international".

De 2015 à 2017, les 15 organisations partenaires des deux projets VolinHA ont partagé leurs pratiques sur l’accompagnement des volontaires locaux et internationaux. Mais accueillir un volontaire d’un autre pays, qu’est-ce que cela implique dans le travail quotidien ? Et comment faire pour se comprendre et travailler ensemble, au-delà des différences culturelles ?

 

C’est pour répondre à cette question que FOCSIV et Comhlamh ont créé le manuel « Collaboration interculturelle dans le volontariat international ». Au menu : des conseils, des guides pour réfléchir sur l’interculturel, et 15 activités pour se préparer et s’enrichir des différences.

Consultez vite cet outil, à tester au plus vite en réunion d’équipe, en formation de volontaires, en ateliers, et à diffuser sans modération !

"Collaboration interculturelle dans le volontariat international"

Retour sur VolinHA-HO !

En quoi a consisté exactement le projet VolinHA ? Qui sont les partenaires du projet, dans quel contexte et pour quels objectifs ?

Le projet VolinHA-HO s’est conclu par une série d’événements de dissémination dans chaque pays des partenaires. A Paris, une conférence a rassemblé une centaine de participants sur la question « Quel rôle pour l’engagement volontaire dans les crises humanitaires ? ».

Retour en images :

 

 

Pour plus de renseignements, contactez Agnès Golfier : par mail agnes.golfier@france-volontaires.org

Visitez le site de Volinha

France Volontaires lance sa première collecte de dons, en ligne sur Wee-Jack ! On compte sur vous !

France Volontaires lance sa première collecte de dons en ligne pour soutenir le projet "La Caravane ophtalmologique", porté par l'association Base au Tchad ! On compte sur vous !

 

L’association Base, au Tchad, accueille depuis quelques mois Mathilde, volontaire en mission de VSIMathilde accompagne les activités de l’association, notamment le déploiement du projet "La Caravane ophtalmologique". 

Aujourd’hui France Volontaires va encore plus loin et s’associe au réseau social Wee-Jack pour collecter des fonds, afin de soutenir le volet 3 de la Caravane.

France Volontaires et Wee-Jack : un partenariat pour toujours plus de projets

France Volontaires est la plateforme du Volontariat International d’Echange et de Solidarité. Elle réunit des structures d’envoi mais envoie elle aussi ses propres volontaires.

Les volontaires accompagne les acteurs directement sur le territoire et participe au déploiement de projet de développement. Mais l’envoi de volontaires ne suffit pas toujours à l’aboutissement d’un projet. Le financement restant le nerf de la guerre, France Volontaires a décidé d’investir le champs de la collecte en ligne et de faire appel à la générosité des inrternautes pour contribuer à la mise en oeuvre de certains projets.

C’est pourquoi France Volontaires s’est rapproché du réseau social de la solidarité internationale "Wee-Jack".

Wee-Jack : le réseau social de la solidarité internationale

Wee-Jack est le réseau social de la solidarité internationale. Il est à la fois un lieu de collecte en ligne pour soutenir les projets et à la fois un réseau social pour en suivre l’évolution. Wee-Jack promeut le don responsable, ludique, transparent, optimiste, le partage et la proximité.

Avec Wee-Jack, les collectes de dons n’ont pas de durée et il n’y a pas de contreparties. Cela permet aux associations de récolter des fonds avant, pendant mais aussi après le projet pour être durable.

Aujourd’hui Wee-Jack réunit des petites et des grandes associations pour le financement de leurs projets de solidarité internationale.

Découvrez tous les projets sur Wee-Jack

Le projet soutenu "La Caravane ophtalmologique" ; porté par l’association Base

Les infections oculaires constituent un problème de santé publique et socioéconomique pour les populations vivant dans les zones rurales au Tchad. Dans la Région de Wadi Fira, au Nord-Est du pays, les maladies ophtalmiques ne sont pas prises en charge par les services sanitaires par manque de plateau technique adapté et de personnel qualifié.

Les malades qui n’ont pas suffisamment de moyens financiers ne peuvent pas se déplacer à l’Hôpital Régional d’Abéché en raison du coût de la prise en charge et de l’éloignement. Cet hôpital est le seul qui reçoit tous les malades de l’Est du pays pour la prise en charge des infections ophtalmologiques.

L’assocation Base souhaite aller à la rencontre des populations locales pour des consultations, des prescriptions et des dons adaptés. Cette caravane de médecins et de matériel ophtalmologique a déjà été conduit 2 fois en 2017 dans d’autres régions, et a permis d’aider près de 800 patients, âgés de 18 mois à 90 ans.

Cette  caravane ophtalmologique se tiendra du 16 au 25 octobre 2017 dans les districts sanitaires d’AmzoerGuéréda et Iriba. Cette caravane aura pour but de consulter la population souffrant de maladies des yeux et de distribuer gracieusement des verres correcteurs et des médicaments. Les personnes ne pouvant pas bénéficier d’une prise en charge directe seront réorientées vers la structure adaptée.

L’ONG BASE cherche aujourd’hui à financer ses moyens logistiques (carburant, véhicules,..) et le personnel de la caravane.

Plus d’infos sur le projet

 

Comme Mathilde, soutenez le projet !

Les engagements volontaires et la coopération internationale dans un contexte ultramarin : La Réunion

Le conseil régional et le conseil départemental de La Réunion appuient l’envoi de volontaires de solidarité internationale en partenariat avec la représentation régionale de France Volontaires pour l’Afrique Australe et l’Océan Indien, basée sur l’île de La Réunion.

 

L’expérience réunionnaise est caractéristique, non parce que les programmes de volontariat à l’international y sont différents de ceux existants dans d’autres zones, mais parce que l’insularité et le fort taux de chômage chez les jeunes de moins de 30 ans en font un cas hyperbolique.

 

A partir des programmes de volontariat mis en œuvre par ces collectivités, France Volontaires a souhaité mener une étude pour comprendre dans quelle mesure les dispositifs de volontariat solidaire à l’international répondent aux objectifs poursuivis en terme d’accès à l’emploi pour les jeunes et de coopération internationale. L’enquête réalisée propose d’étudier conjointement les répercussions de tels dispositifs sur les acteurs et sur les territoires. Chercher à mesurer les impacts sur les parcours des jeunes adultes tend à estimer la contribution du volontariat à leur autonomie. Parallèlement, il s’agit d’évaluer l’apport des volontaires aux politiques de coopération de La Réunion.

 

Parmi les résultats, il ressort de l’étude que du point de vue de l’autonomie des jeunes, les volontaires se considèrent plus autonomes après leur mission car ils se définissent eux-mêmes comme plus « adultes ». Dans une société complexe aux identités multiples comme c’est le cas à La Réunion, le volontariat international participe à leur construction identitaire au travers des processus de singularisation (se définir soi-même comme spécifique) et de politisation (se définir dans la société). En matière d’insertion professionnelle, une majorité des interviewés considèrent que l’expérience de volontariat leur a permis d’accéder à leur emploi actuel : soit parce que la mission fut reconnue comme une véritable expérience qualifiante, soit parce qu’elle a permis de confirmer un projet professionnel ou une reconversion.

 

Auteur : Florence Ihaddadene

 

Télécharger l'étude : http://www.observatoire-volontariat.org/Les-engagements-volontaires-et-la
Plus d'infos sur l'Observatoire des engagements  volontaires à l'international : http://www.observatoire-volontariat.org
Plus d'infos sur France Volontaires : www.france-volontaires.org

 

Langue : français
Editeur/Organisme producteur : France Volontaires
Lieu : La Réunion
Collection : Les études de l'Observatoire

Nouvel appel à initiatives du FAIVE !

Le Forum des Acteurs et des Initiatives de Valorisation des Engagements (FAIVE) contribue à la reconnaissance et aux pratiques de valorisation des engagements volontaires et solidaires à l’international.

 

 

Le FAIVE lance deux fois par an un appel à initiatives pour soutenir les structures associatives qui prend la forme d’un accompagnement et d’un appui financier. Les initiatives doivent s’inscrire dans l’un des trois axes du FAIVE :

 

 

  • Axe 1 : Processus d’accompagnement
  • Axe 2 : Valorisation des compétences acquises et articulation avec les parcours professionnels
  • Axe 3 : Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale

 

Une attention particulière est portée sur :

 

  • la dimension collective des initiatives, sur les partenariat mis en place,
  • les initiatives produisant de la mixité : échanges d’expériences et de pratiques sur différentes formes d’engagements volontaires et solidaires à l’international
  • les initiatives concernant des publics éloignés des engagements volontaires et solidaires à l’international,
  • les initiatives produisant des outils, des connaissances partageables, des processus transférables,
  • les initiatives innovantes.

 

Les participations financières sont comprises entre 1000 € et 3000 € par initiative.